Bienvenue! Merci pour votre visite!

L'Algérie n'est ni Kaboul ni Rome.

«L'Algérie n'est ni Kaboul ni Rome»
Bouguerra Soltani depuis Biskra

Publié dans Le Temps d'Algérie le 30 - 05 - 2009


A l'occasion du 18e anniversaire de la fondation du MSP et devant une présence impressionnante de partisans et militants de cette formation politique, la salle de conférences de Hammam Salihine de Biskra a abrité vendredi un meeting animé par Bouguerra Soltani.
Lors de cette rencontre, la scène politique nationale a été à l'ordre du jour. Et, contrairement à ce que certains observateurs ont pensé, le leader du MSP a évité de polémiquer sur les multiples crises dont son mouvement fait l'objet depuis la tenue du 4e congrès, mais en vérité depuis l'année même du décès du père spirituel Mahfoud Nahnah.
Débutant son discours par une entrée appréciée tant par ses défenseurs que par ses détracteurs, le leader du MSP a lancé : «Algérie algérienne. L'Algérie n'est ni Kaboul, ni Rome… Les hommes et les gouvernements se succèdent mais les idées et les projets demeurent vivants.»
Au cours de son discours devant l'importante assistance composée en grande partie de femmes, le président du MSP a aussi plaidé pour le respect inconditionnel des sept constantes, à savoir la République, la démocratie, la religion islamique, la langue arabe, la défense des libertés garanties par la Constitution, l'unité nationale et enfin le respect des symboles de l'Etat.
«Nous sommes, comme par le passé, fidèles aux axiomes sur lesquels le MSP a été fondé par feu Nahnah, entre autres, le savoir, le travail, la justice, la réalité et l'objectivité», a-t-il souligné. L'orateur a, avec justesse, axé son allocution sur la réalité politique du pays sans pour autant évoquer les raisons du conflit avec ses rivaux.
De surcroît, la cause palestinienne a, comme le veut la tradition dans chaque rencontre de ce genre, eu sa part d'éloges et de soutien inconditionnel. «Nous affichons notre soutien au peuple palestinien.
Nous sommes avec la Palestine, qu'elle soit juste ou injuste», conclura-t-il en réitérant la fameuse expression de feu Boumediène

Ajouter un commentaire