Bienvenue! Merci pour votre visite!

« C’est Bouteflika qui a marqué le but de la victoire du pied droit de Antar Yahia »

Historique était l’accueil organisé en l’honneur de la star des Verts, Khaled Lemouchia, en se rendant dans sa région d’origine. L’enfant d’El Oued, accueilli par un nombre inimaginable d’individus des deux sexes et de tout âge, brandissant les couleurs nationales et des banderoles glorifiant les prouesses et les mérites du onze national. Très nombreux furent-ils aussi, ceux qui se sont agglutinées le long du boulevard principal Mohamed Khemisti, dedans et autour du siège de l’APC de la ville où Khaled a pris la parole pour éprouver son immense reconnaissance envers la population pour son attachement manifesté durant les moments les plus cruciaux que la formation du Cheikh Saadane a vécus au Caire. Ses courts énoncés de gratitude dont le lexique est du plus simple, furent ponctués de youyous de femmes qui fusaient de partout et d’applaudissements des plus chaleureux qui faisaient à maintes reprises, écho. La population soufie, à l’instar du reste des algériens ne pourra qu’avec difficulté oublier le scénario du guet-apens tendu aux Verts un certain 14 novembre et dont les images ont fait le tour de la planète. A peine eut-il pris la parole, que la vedette a fait couler de larmes  d’euphorie et d’émotion les dizaines de milliers de personnes de tous bords, venues  l’accueillir. Et dès qu’il a terminé ses propos, l’un des présents s’est spontanément lancé envers lui pour l’étreindre viscéralement tout en pleurant. Cela fut un fait générateur d’une atmosphère de grosse émotion puisque la personne est, le saurons-nous un laps de temps après, le père d’un jeune universitaire qui a en effet succombé lors de l’ambiance de l’après-match du Khartoum. Autre fait marquant ce jour-là. Les élus locaux n’ont pas non plus manqué de manifester leur signe de reconnaissance à leur manière au héros de l’Algérie tout entière.  A cet effet, le burnous du cavalier intrépide, habit traditionnel synonyme de bravoure ou encore d’épopée fastueuse, lui a été mis sous toujours les youyous et les applaudissements lancés par les fans. Au terme des festivités de l’accueil qui sort du commun, un diner-concert auquel la famille Lemouchia a été conviée, a eu lieu en son honneur. Par ailleurs, de ses projets futurs, le joueur n’a pas caché sa volonté de fonder à partir d’El Oued, une association nationale à caractère caritatif. Pour ce faire, les officiels ont jugé insuffisant de le soutenir inconditionnellement s’ils ne lui facilitent pas les mesures d’accès aux moyens nécessaires qui permettent de mettre en œuvre ses bonnes idées. A ce titre, il a été noté qu’un terrain d’assiette lui serait octroyé par les élus locaux. « On va lui offrir un lot de terrain et on lui facilitera la réalisation de son projet », ont déclaré les responsables locaux.  En reprenant la parole, khaled a réitéré son message de gratitude et de considération au président de la république. Aux yeux du footballer, « C’est grâce au président que la victoire est acquise ». Il dira également dans ce sens : « Il est de notre devoir de continuer de défendre les couleurs nationales et de rendre les algériens plus heureux, on promet de réaliser d’autres exploits en Angola. Nous avons passé de très pénibles moments au Caire où nous avions sérieusement besoin de nos supporters face aux 80.000 égyptiens. Nos supporters ont été méprisés, alignés dans une partie des gradins loin de nous, évidemment pour que les tribunes ne soient chauffées que par les égyptiens. En dépit de cela, ils étaient avec nous jusqu’à la dernière minute du match. Ils nous ont honorés au Soudan. Lorsque nous les avons vus en grand nombre, nous avons décidé à cet instant-là que la victoire soit algérienne ». Et de conclure, « C’est Bouteflika qui a marqué le but de la victoire d’une volée de l’extérieur du pied droit de Antar Yahia ». Répondant à la question des curieux portant sur la véracité des rumeurs faisant état d’un éventuel contrat signé avec l’équipe égyptienne « Zamalek », khaled n’y est pas allé par 36 chemins, « l’Egypte reste une mésaventure à ne pas revivre…Mais de sérieux contacts sont en train de se dérouler entre mon manager et certaines équipes européennes », a-t-il fait savoir.   

Ajouter un commentaire